Bienvenue … dans la Tunisie de l’An I !

Un nouveau blog sur la Tunisie, pour vanter ses plages, ses dattes ou encore son accueil ? … plutôt parler de la situation d’un pays qui est (re)devenu sur le devant de la scène mondiale depuis un certain 14 janvier 2011. Lire la suite

Publié dans _bienvenue | Tagué , | 3 Commentaires

Ce n’est qu’un au revoir ….

IMG_0152

À bientôt Tunisie !

Après une longue abstinence, en raison d’un emploi du temps chargé et de nouvelles fonctions en France, cher pays de mon enfance, je me devais de clôturer ce blog, sniiiiiiif. Hé oui, l’aventure écrite de l’an I est terminée, d’autant plus que nous sommes désormais dans l’an III (où plus selon l’année dans laquelle vous êtes, et je ne parle même pas du calendrier musulman ;).

Ce blog m’a permis de vous faire partager — et toujours au vu des visites quotidiennes sur le blog — ce merveilleux pays, et cette population qui a porté une Révolution dont les livres d’histoire se souviendront. Comme le dirait Gandalf pour les Hobbits du Seigneur des anneaux  et s’adaptant bien au contexte de la Tunisie, "on peut bien apprendre en un mois tout ce qu’il y a connaître de leurs façons, et puis après un siècle ils peuvent encore vous étonner au besoin" (p.92, La Communauté de l’Anneau). Si les médias relaient une image négative du pays et de sa révolution, n’oublions pas :

— qu’une Révolution ne se fait pas en 1 an (et la République en France combien de temps ? 66 ans pour être en place !! 1805-1871), et quand même : en une journée s’est effondrée une dictature de … 23 ans !

— la liberté de parole acquise et chèrement défendue de nos jours en Tunisie, que cela soit pour les laïcs, mais aussi les islamistes, chacun pouvant et devant la saisir pour faire vivre la démocratie.

— le vent frais balayant les pays arabo-musulmans, et l’essor de nouvelles générations qui prennent le destin de leur pays en main.

Oui, ce n’est pas simple, cela est long, compliqué, mais le pays trace sa route, entre rebords et précipices, et la société civile veille sur les errances d’un pouvoir politique, de nature fragile et souvent aux abois. Soyons confiant dans un pays qui ne cesse d’étonner : le pessimisme est le cancer des démocraties, nid des pires obscurantismes, et la Tunisie dans sa longue histoire a déjà démontré sa capacité de rebond.

Publié dans _bienvenue | 1 commentaire

2011 sur notre blog …

Les lutins statisticiens chez WordPress.com ont préparé un rapport annuel 2011 pour ce blogue.

Voici un extrait:

Un métro New Yorkais contient 1 200 personnes. Ce blog a été visité environ 5 600 fois en 2011. Si c’était un métro New Yorkais, il faudrait à peu près 5 voyages pour transporter autant de personnes.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Publié dans _bienvenue | 1 commentaire

Des élections … et des conclusions bien hâtives

Bon, les urnes ne sont pas encore vidées, mais les mass media français ont jugé : la Tunisie sera gouvernée par les "islamistes" ! Hargggggg, sortez les voiles, laissez déborder la pilosité masculine et Allah pour tous …. Le journal de France 2 ouvre le bal, avec son inénarrable journaliste des "crises" tunisiennes : "les islamistes par-ci, les islamistes par là …" Bref, on en vient à imaginer avec effroi ce qui va se tramer dans les têtes de millions de Français, pas forcément politisés, par forcément curieux de nature sur ce petit pays qu’ils connaissent par des voyages, des amis ou par les "on dit" … "Voilà, ils ont fait une Révolution pour voir venir des barbus !" dira le Dupont local …

Ce qui m’irrite au plus haut point, c’est cette facilité qu’on ces médias à dénigrer un formidable mouvement révolutionnaire – inconcevable il y a encore un an – et l’élan démocratique qui en a suivi : 11 000 candidats, plus de 100 partis, 1500 listes dans un pays qui, il y a peu, avait 4 partis officiels (Wikipédia peut rafraîchir la mémoire de certains sur cette parodie, sous Zaba), certes que cela soit le parti Ennahda ou un autre, n’oublions pas d’où est née la démocratie tunisienne : de la rupture avec 23 ans de benalisme quand même ! Le résultat encore provisoire n’est pas une surprise : seul parti ayant un discours clair, rassurant pour la Tunisie rurale mais aussi urbaine, sans parler de son implantation locale du fait de son statut de principal opposant à Ben Ali, Ennahda ne pouvait que faire un score important. Cependant, je me plais à penser à ces donneurs de leçons journaleux qui voient des islamistes partout dans ces révolutions arabes : en Libye, en Egypte, …. utilisant ainsi une grosse ficelle : la peur, toujours la peur. Je me demande si les pigistes, stagiaires ou journalistes (?) qui couvrent ces évènements ont conscience de leurs paroles et de leurs rôles en tant que professionnels, mais aussi en tant que citoyens : en agitant le chiffon vert de l’islamisme ils font preuve d’incompétence dans la compréhension du monde arabo-musulman qui ne s’est pas arrêté au FIS en Algérie ou au 11 septembre 2001… le monde change et évolue, heureusement d’ailleurs ! Certes, des inquiétudes légitimes peuvent naître d’un parti anciennement partisan d’un islam radical dans ses jeunes années. Cependant, est-il concevable, pour ce parti mais aussi pour la Tunisie actuelle, de s’enfoncer dans une révolution verte fermant les frontières, faisant fuir les capitaux étrangers et foulant la longue histoire d’ouverture, de tolérance intégrée dans la culture tunisienne ? La Tunisie de 2011 n’est pas l’Iran de 1979, que diable ! Outre que ce n’est pas le même islam (sunnisme majoritaire en Tunisie contre chiisme en Iran, bien que la modernité n’est pas l’apanage de l’un ou de l’autre courant religieux), peut-on sérieusement – pour ceux connaissant le pays, son peuple et sa culture – croire à un raz-de-marée intégriste portée par le parti Ennahada ?

Il est intéressant de voir comme Ennahda modère son discours public : refus de revenir sur le statut de la femme tunisienne de 1956, malgré quelques flous sur la question de la polygamie et axe son discours sur la famille … Finalement ce parti défend un discours assez conservateur, traditionaliste ou de droite selon des critères européens. Il puise dans un corpus religieux, comme d’autres en Europe ou dans des pays anglo-saxons font appel à la Bible ou autres fadaises identitaires (racines et autres mauvaises herbes religieuses). On peut toujours crier au loup, trembler derrière son poste de TV, … mais cela reviendrait à oublier tout d’abord, la place de l’islam en Tunisie non opposée à une société laïcisée vivant en 2011 (ou en 1432 selon le calendrier musulman ;-) ). Comme le démontre très justement le démographe multicasquette Emmanuel Todd dans son court ouvrage "Allah n’y est pour rien" (2011), la religion et les mouvements religieux n’ont pas été partis prenants de la contestation qui les a dépassés que cela soit en Tunisie, en Égypte ou en Libye dès les premiers soubresauts révolutionnaires. Se positionnant, à son habitude sur des notions démographiques, Todd démontre avec justesse que la Tunisie a terminé sa transition démographique (moins de 2 enfants par femme, explosion de la scolarisation de  la population et émancipation féminine …), ce qui conduit ici – comme hier dans d’autres pays – à l’émergence d’une société civile plus individualiste et portant des valeurs libérales qu’il sera dur de voir disparaître… . Ainsi, l’organisation familiale tunisienne a subi une révolution silencieuse que cela soit la place des enfants (moins nombreux donc plus scolarisés, plus privilégiés par leurs parents)  et des filles en particulier, ou dans la remise en cause indirectement de l’autoritarisme paternel. Ce dernier dépassé par des générations mieux formées, doit céder face à une jeunesse qui souhaite élargir ses horizons (facilité notamment par le web). Cette lente évolution fut bien plus insidieuse pour le régime de Ben Ali que toute la propagande "islamiste" du monde ! Le vent de liberté qui souffle sur la Tunisie depuis le 14 janvier, n’est donc pas prêt de se calmer quoiqu’en disent nos journaleux et autres politichiens.

Ensuite deuxième point devant faire évacuer cette peur irraisonnée du barbu (succédant à celle du rouge des années 70-80 ?), est la tenue du scrutin. S’il est vrai que 7 millions d’électeurs furent appelés aux urnes, seulement 4,1 millions inscrits se présentèrent selon les estimations officielles (soit 57 % des électeurs)… mais sur ces 4,1 millions d’électeurs inscrits, plus de 90% votèrent ! De quoi faire rougir bien des vieilles démocraties, non ? Nonobstant, la bonne tenue du scrutin (surveillé par plusieurs milliers d’observateurs internationaux et tunisiens), mise à part quelques petits problèmes ici ou là, rien ne remet en cause le bilan global des premières élections libres tunisiennes et l’essor d’une société démocratique, qui se cherche et fait des choix… quand je vois l’extrême-droite qui atteint des sommets dans les vieilles démocraties européennes, je me dis que les donneurs de leçons devraient d’abord balayer devant leurs portes….

Enfin, un point que peu de commentateurs ont relevé, sauf dans une certaine presse écrite comme le journal Libération, c’est que si les islamistes modérés ont fait du 30-40%, les 70-60% restant qui sont-ils ? Un ensemble qui manque de cohérence, mais qui est là : le camp laïc qui fait donc contrepoids ! Que cela soit le parti du Comité Pour la République (CPR, centre gauche dirigé par l’opposant historique Moncef Marzouki), les sociaux-démocrates (du parti Ettakatol de Mustapha Ben Jaafar) … l’Assemblée constituante n’est pas prête de voter une constitution uniquement taillée dans le Coran, le jeu démocratique modèrera donc toutes initiatives. Donc, on est loin d’une Tunisie basculant dans une révolution islamiste totalisante : bouh, le broussailleux, orwellien et sourcilleux David Pujadas sera déçu ….

Publié dans _bienvenue | 2 Commentaires

Après 23 ans de sommeil …

Ami-e-s- tunisien-nes, à vous de jouer. Montrez au monde la Tunisie nouvelle … Votez !

traduction : "Attention, la dictature peut revenir … le 23 octobre, votons"

Publié dans _bienvenue | Poster un commentaire

Et un, et deux et trois …

ENFIN… Khadafi a rejoint les poubelles de l’histoire… enfin, oui disons-le haut et fort, ENFIN, le tortionnaire de Syrtre est tombé… dans un tunnel après s’être échappé de son 4×4 fourni gracieusement (grâce à ses pétrodollars) par une entreprise française. Bien que des voix chagrines s’élèvent (déjà) pour protester sur le fait que le bourreau de la cyrénaïque ait échappé à un procès en règle, réjouissons-nous de grâce : ce dernier a rejoint (avec du retard quand même) l’album des grands criminels trépassés de notre siècle. Ainsi, il intègre une place peu enviée aux côtés d’un Hitler suicidé, d’un Polpot malade ou d’un Ceauscu criblé de balle.

Comme un rat ...Et on peut doublement se réjouir, car le point commun entre ces tristes sires et notre sbire – qui se voulait le nouveau Nasser d’Afrique – est qu’ils ont tous fini piteusement : seuls, fuyant et pour ce dernier traqué par son peuple et quelques avions étrangers qu’il pourfendait de ses diatribes bien lourdingues. Ainsi, il est devenu  un exilé à l’intérieur de son pays et pour finir capturé dans un tunnel d’égout… Alors il est où le "grand leader" ? Celui qui jura de mourir les armes à la main ? (sur ce point, je lui donne une place d’honneur dans mon classement des "grands leaders" va-t-en-guerre qui finissent par trouver une fin à l’image de leur règne : pitoyable)

Khadafi circus

Ha quelle blague, ces personnages qui utilisent le verbe et la peur, et qui ne sont que finalement de misérables poussières. N’oublions pas les attentats soutenus par ce salopard, les conflits entretenus au Sahara et financés par son argent sur le dos de son peuple ou encore le grand Khadafi Circus que cela soit à l’ONU, à l’Élysée (tache indélébile pour notre Nicolas le petit) ou encore dans les rues des capitales européennes pour ses rejetons, tous plus fous les uns que les autres …. Allez qu’ils s’en aillent tous et bon vent ! La Libye, la Tunisie, mais aussi le monde ne s’en porteront pas plus mal désormais.

Couche culotte révolutionnaire

Certes, il n’est pas jugé, mais après tout était-il nécessaire de donner une dernière tribune à cet impotent (des rumeurs tunisiennes parlaient de quelques fuites urinaires qui l’indisposaient ces dernières années… ha le Révolutionnaire en couche-culotte, cela a de la gueule pour la postérité) ? Fallait-il que le procès finisse bâclé à l’image d’un Ceauscus ou d’un Saddam Hussein ? Finalement seul compte le résultat : que le procédé soit imparfait – et il l’est – le résultat est là : Après Zaba, Moubarak… Khadafou désormais …. donc un dictateur de moins, et à qui le tour désormais ? Qui sera le prochain dans le cœur du cyclone des révolutions arabes ? …. Allez je vous aide, regardons vers Damas …. désormais…

Publié dans _bienvenue | Tagué , | Poster un commentaire

Devenir fou en Tunisie …

Au secours !

Cher lecteur, une fois n’est pas coutume, une dénonciation d’un vice tunisien qui sape le fonctionnement du pays, hier sous Zaba et aujourd’hui dans la Tunisie de l’an I : le fonctionnement pléthorique et chaotique d’une poussive administration, les douanes tunisiennes. Véritable colonne vertébrale de tout État qui se respecte, les services des douanes ont pour responsabilité de gérer le commerce du pays en appliquant des normes délimitées par le pouvoir politique. Surveillant l’import et l’export du pays, les douanes ont la grave responsabilité d’être à la fois une autorité, mais aussi – elles l’oublient bien souvent – un partenaire bienveillant pour tout un chacun, qu’il soit Tunisien ou étranger. Loin de remettre en cause les raisons d’une telle administration qui a son utilité, à la fois fiscale mais aussi sécuritaire, il convient d’être clair : il faut que cette administration connaisse sa véritable révolution, son coup de balai nettoyant ses écuries (d’Augias) d’une telle incurie ! En effet, être en rapport avec les Douanes en Tunisie relève d’un des meilleurs romans de Kafka : le citoyen lambda se trouve face à un monstre administratif qui par sa complexité (Quels services ? Quelles personnes ? Quels formulaires ? Quels délais ? ….), sa lenteur freine et détruit toute initiative, du douanier tout d’abord, mais aussi du pauvre hère qui doit se débrouiller (ou plutôt courir) auprès du bon document ou de la bonne personne … et ne peut y arriver que grâce à un transitaire qu’il rétribue, en ayant avalé bien des couleuvres de condescendance de la part de petits chefs douaniers… welcome to the Hell !

Avoir son véhicule personnel en Tunisie ?

Prenons un exemple : vous souhaitez importer un véhicule à titre de résident étranger ou de bi-national. Dans toute administration normalement constituée, la démarche demande les papiers du dit véhicule, quelques papiers d’identité et le règlement d’une éventuelle taxe avant de se voir obtenir le titre d’immatriculation. Pourtant le visiteur lambda arrivé en Tunisie, ne pense pas que la démarche deviendra son propre Odyssée en ses terres ayant connu les frasques passées du roi déchu d’Ithaque … Débutons par le commencement : une fois entrée en Tunisie avec votre véhicule vous avez un permis de circulation provisoire renouvelable tous les 2/ 3 mois et d’une durée d’un an MAXIMUM… permis qui ne se renouvelle que par une première démarche aux douanes de votre domicile : et là vous rencontrez vos premiers doutes sur la simplicité d’une démarche administrative en Tunisie …

La chasse aux autorisations

1) Un officier des douanes vous fait découvrir tout d’abord la joie de la constitution d’un dossier destiné à un renouvellement "rapide" : la photocopie de papiers d’identité et leurs légalisations dans des officines municipales. Soit dit en passant, la légalisation consiste à prouver que les photocopies que vous présentez sont bien des exemplaires conformes aux papiers que vous pouvez montrer aux douaniers (passeports, carte de séjour …), mais bon l’administration préfère vous faire perdre du temps dans un bureau, où l’on épluche vos photocopies et on fait valser 6 tampons différents sur vos copies, qui d’ailleurs parfois sont illisibles suite à ce matraquage de tampons !

2) Une fois vos papiers acquis, retour aux douanes où vous devez remplir une nouvelle demande pour obtenir le "fameux" diptyque de circulation provisoire de différentes couleurs selon l’état de vos renouvellements (1, 2, 3 … bref du blanc du départ, on passe au jaune puis au rose). Une fois le diptyque en poche, l’automobiliste doit contacter une assurance en Tunisie, qui ne délivre une protection que le temps du permis provisoire…

Bon vous pouvez me dire, mais de quoi se plaint le Zgougou ? Cela semble être clair net mais… pas précis du tout, car comme le dit si bien le proverbe le diable se glisse dans les détails : qu’en est-il en cas de sortie du pays sans véhicule ? Sans diptyque en règle … très très chaud, espérer que l’agent des douanes à l’aéroport ne s’aperçoive pas que vous avez un véhicule en Tunisie (noté sur le passeport !), car sinon vous êtes bloqués et ne pouvez que voir l’avion décoller … sans vous à bord. Sans parler désormais des risques que vous prenez (et nombre le font faute de solution SIMPLE) : amendes démentes, saisies et le pire dans le cas d’un accident de la circulation (case prison car bien sûr votre véhicule n’est plus assuré) …Mais chassons ces noires pensées, mettons que vous êtes en règle, direction … le bureau des douanes proche de votre domicile et hop une nouvelle démarche : une lettre expliquant votre sortie avec un nouveau formulaire à compléter ("Demande d’autorisation de sortie sans véhicule").

Le jubé est une tribune élevée formant une sorte de galerie séparant le chœur de la nef de certaines églises anciennes, à laquelle on accède par deux escaliers latéraux. On y chante, lit les textes liturgiques, fait certaines lectures publiques ou prédications. Il n'en reste que très peu en France.

Fragment du jubé : Leviathan (XIIIe siècle, Bourges)

Ce fameux sésame vous ouvre donc les frontières du pays, mais là on franchit une nouvelle étape du Léviathan administratif sur les épaules du pauvre administré : indiquant la raison de votre sortie du territoire avec la date retour, vous vous soumettez au bon vouloir d’une administration qui peut souverainement ou non vous accorder la sortie du territoire et le cas échéant, en cas de non-respect des clauses signées (retour hors délai, prêt du véhicule à son/ sa époux/se durant son absence), se faire saisir puis vendre son véhicule lors d’enchères publiques.

R.é.g.u.l.a.r.i.s.e.r. sa situation … simple ? ……………………. lol

Vous avez donc une année pour r.é.g.u.l.a.r.i.s.e.r. votre situation (maître mot que vous entendrez à chaque rencontre administrative) afin de demander un permis de circulation bleu annuel (et donc renouvelable… bref vous avez compris), et obtenir une plaque d’immatriculation Régime Spécial (R.S.), régime qui vous permet d’importer un véhicule et d’être exempté des nombreuses et lourdes taxes. Regardons le site charabia internet des e-douanes tunisiennes :

"Les véhicules automobiles bénéficiant du régime de faveur seront immatriculés dans la série minéralogique « RS ». Les autorisations d’immatriculation délivrées par le service doivent porter obligatoirement la mention "véhicule incessible sauf autorisation de la douane"Par ailleurs, les véhicules automobiles admis sous le régime privilégié circuleront sous couvert d’un permis spécial de circulation (permis bleu) délivré à cet effet par le service des douanes du bureau régional le plus proche du lieu de résidence du bénéficiaire et prorogé annuellement par les services du même bureau sur simple présentation de la justification du revenu annuel de source extérieure et de la carte de séjour en cours de validité".

Et là, attention au moindre faux pas, car IL N’Y A QUE TRÈS PEU DE CHANCE POUR UNE ÉVENTUELLE RÉDEMPTION … en effet, l’importation de biens est soumise à des carcans législatifs des plus stricts : si vous avez par malheur, inconscience ou folie inconsidérée déjà importé un véhicule en régime spécial (R.S.), il y a 1, 5 ou 30 ans, et que vous êtes bi-national, par exemple couscous/ cassoulet, couscous/ choucroute ou encore couscous/ big-mac… ;-) : GAME OVER, aucun continu possible : retour à la case départ : seul l’achat surtaxé d’un véhicule dans le pays est possible. Les étrangers sont (un peu) mieux lotis, ils peuvent, quatre années après, demander une nouvelle autorisation sauf pour les sans-grade des ambassades, selon le bon vouloir des services diplomatiques, et à ce titre la France ne déroge pas à la règle. En effet, en étant conforme à l’image de son pitoyable ambassadeur en maillot de bain : long, compliqué et hautain pour ces sans-grade qui doivent mendier une aumône auprès de leur hiérarchie. Bon les 4 années d’attente sont pour la forme, car dans la Tunisie pré 14 janvier, les pass-droit étaient (et sont toujours) nombreux, surtout pour les employeurs "off-shore" qui disposaient (outre une certaine aisance financière et donc des ouvertures nombreuses) de droits à l’import (et donc de RS) sous couvert d’activité de leurs entreprises.

Le pire contre attaque

Moustache douanière

D’une manière générale, si vous avez besoin d’accélérer les démarches, ayez un bon appui (ami ou connaissanceS), non pour corrompre un prompt officier des douanes moustachu, mais pour savoir "le" bon service où s’adresser : car là aussi, il y a de quoi devenir zonzon : pour ma part, la recherche du bon formulaire à Tunis m’a pris une journée entre les deux locaux des douanes situés à l’opposé … éléments de discours entendu (et subi) :

- Douanier : "Avez-vous le formulaire d’importation vert ?"

Z. : "le formulaire ? Heu celui glissé dans le dossier d’import ?"

D. : "Je ne sais pas s’il est dedans, mais vous pouvez allez en chercher un deux étages plus haut au bureau 4.

D. (Deux étages plus hauts, un douanier lisant son journal page sportive qui après quelques minutes, daigne m’adresser la parole) : ha non ce n’est pas possible … et puis ce n’est pas ici, veuillez redescendre au 1er étage pour demander ce formulaire, mais avez-vous effectué une demande visée pour le service d’import du bureau extérieur, proche du port ?

Z. (en sueur …froide) : Hein ? Heu, j’ai ce document visé par le colonel ….. est-ce bon ?

D. : heu, sans doute mais vous devez le faire certifier par le bureau 5  au 5e étage, et n’oubliez pas les documents légalisés.

Cela ne vous rappelle rien ?

Et je vous ne dis pas, une fois le précieux sésame en poche (permis bleu), vous décidez de rentrer dans votre patrie … vous cherchez légitimement à récupérer vos papiers d’origine (qui sont archivés et conservés par le service des Mines) … rebelotte, un nouveau dossier de "ré-exportation" multicolores et des aller-retour entre douanes/ services des Mines … ainsi, si le douanier oublie d’officialiser le courrier que vous devez porter au service des Mines …. c’est à dire oublie d’apposer un simple coup tampon … votre demande est bloquée et vous oblige à retrouver le douanier en question (aller-retour, allez-retour, retour-aller, arghhghghghghghhh) pour ce simple coup de tampon qui vous a fait perdre … encore une journée.

Allez pour la route, vous avez mis la main sur le document tant attendu … mais pas de bol, le chargé des archives (qui conserve vos papiers de véhicule) n’est pas venu travailler aujourd’hui (pourquoi ? comment ? sera-t-il là demain … mystère) et donc les archives sont fermées … et puis m…., bouillonnant je me dis en mon for intérieur je vais me fumer une chicha alimentée avec tous ses foutus papiers…

p.s. : Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé ne serait bien sûr que pure coïncidencequoique …. je sais plus, dormir,  j’ai besoin de dormir ….

Publié dans _bienvenue | Tagué , | 3 Commentaires

Venez en Tunisie !

Après une semaine très chargée côté boulot, je reprends contact avec vous, chers lecteurs ! L’année se profilant, les vacances (scolaires) approchant, pourquoi ne pas prévoir un voyage en Tunisie ? En effet, si sous Zaba la Tunisie était une destination courue par de nombreux Français, qu’en est-il Zaba partit ? -40% de fréquentation, des hôtels désespérément vides et une économie qui sombre … Il faut voir les myriades de taxis et de serveurs ne sachant que faire devant le manque de touristes … N’oublions pas que l’économie tunisienne a besoin du tourisme (7% de son PIB), et doit préparer les prochains congés estivaux, d’autant plus que le ramadan tombant fin juillet risque de limiter l’attrait du pays pour nombre de touristes, dont les (riches) Libyens qui se trouvent bien occupés ces jours-ci …

CQFD !Pourtant, si avant les touristes européens n’avaient guère l’embarras du choix (et s’en souciaient-ils d’ailleurs ?) face à la situation politique du pays, désormais les amis de la Tunisie sont devant un choix : aider un pays sortant de 23 ans d’un long sommeil policier ou laisser partir à la dérive la jeune pousse de Jasmin pas encore arrivée à maturité ?

Cependant le malheur des uns … fait le bonheur de certains voyagistes, qui n’hésitent pas à casser les prix sur la Tunisie, mettant le couteau sous la gorge d’hôtels, hier courtisés aujourd’hui à genoux … Ainsi, pour les "chanceux" qui ont pu voir l’odieux reportage de M6 dans l’émission phare "Zone interdite", cela mérite un commentaire (allez au passage vers 5:00) :

"Ramener les clients, faire des réductions percutantes …" Bref, vous acceptez de baisser vos prix sinon "bye, bye !", tant pis pour vos investissements passés, allez, vous acceptez de baisser de 40% sinon …. on dégage ! Quelle honte, encore un signe fort de l’amitié entre les peuples, mais business is business … le plus fort, la suite du reportage … le gouvernement tunisien va devoir mettre la main à la poche "60 euros sur chaque billet d’avion", super … Je me demande que penseraient les populations d’Europe, si suite aux émeutes dans les banlieues françaises ou en raison d’un volcan islandais, les touristes d’autres pays demanderaient des réductions importantes, sinon ils iraient ailleurs ?

N’oublions pas que la Tunisie, dispose d’un patrimoine unique, un accueil légendaire et des plages à perte de vue. Si la situation du pays est plus sensible dans le sud (bref pour l’instant ne pas prévoir du sortie dans le Sahara), la situation des villes, des zones touristiques sont NORMALES et SÉCURISÉES (il faut le répéter !). A coup sûr, vous trouverez votre bonheur, et d’ailleurs n’hésitez pas à révolutionner votre façon de voyager : si les hôtels "all-incluse" demeurent la référence, il existe bien d’autres choix : partir le sac à dos et loger dans des petits hôtels ou encore partir chez l’habitant découvrir le pays sous un autre aspect. De même, voir un pays qui a fait sa révolution peut-être une riche expérience amis français … surtout pour 2012….

Bref en un mot : venez découvrir (et soutenir) le pays du jasmin ! D’ailleurs pour faire une bonne affaire sans passer par des tours-opérators rapaces, n’hésitez pas à prendre un billet d’avion puis d’aller directement dans les hôtels (ou prendre contact avec eux avant ), les prix seront plus doux … Quelques liens :

Chambres d’hôte : http://www.vinivi.com/fr-chambres_dhotes-tunisie-cutn.aspx

Les (très bons) hôtels Thalassa : http://www.thalassa-hotels.com/index_fr.aspx?

Publié dans _bienvenue | Tagué , | 5 Commentaires