Devenir fou en Tunisie …


Au secours !

Cher lecteur, une fois n’est pas coutume, une dénonciation d’un vice tunisien qui sape le fonctionnement du pays, hier sous Zaba et aujourd’hui dans la Tunisie de l’an I : le fonctionnement pléthorique et chaotique d’une poussive administration, les douanes tunisiennes. Véritable colonne vertébrale de tout État qui se respecte, les services des douanes ont pour responsabilité de gérer le commerce du pays en appliquant des normes délimitées par le pouvoir politique. Surveillant l’import et l’export du pays, les douanes ont la grave responsabilité d’être à la fois une autorité, mais aussi – elles l’oublient bien souvent – un partenaire bienveillant pour tout un chacun, qu’il soit Tunisien ou étranger. Loin de remettre en cause les raisons d’une telle administration qui a son utilité, à la fois fiscale mais aussi sécuritaire, il convient d’être clair : il faut que cette administration connaisse sa véritable révolution, son coup de balai nettoyant ses écuries (d’Augias) d’une telle incurie ! En effet, être en rapport avec les Douanes en Tunisie relève d’un des meilleurs romans de Kafka : le citoyen lambda se trouve face à un monstre administratif qui par sa complexité (Quels services ? Quelles personnes ? Quels formulaires ? Quels délais ? ….), sa lenteur freine et détruit toute initiative, du douanier tout d’abord, mais aussi du pauvre hère qui doit se débrouiller (ou plutôt courir) auprès du bon document ou de la bonne personne … et ne peut y arriver que grâce à un transitaire qu’il rétribue, en ayant avalé bien des couleuvres de condescendance de la part de petits chefs douaniers… welcome to the Hell !

Avoir son véhicule personnel en Tunisie ?

Prenons un exemple : vous souhaitez importer un véhicule à titre de résident étranger ou de bi-national. Dans toute administration normalement constituée, la démarche demande les papiers du dit véhicule, quelques papiers d’identité et le règlement d’une éventuelle taxe avant de se voir obtenir le titre d’immatriculation. Pourtant le visiteur lambda arrivé en Tunisie, ne pense pas que la démarche deviendra son propre Odyssée en ses terres ayant connu les frasques passées du roi déchu d’Ithaque … Débutons par le commencement : une fois entrée en Tunisie avec votre véhicule vous avez un permis de circulation provisoire renouvelable tous les 2/ 3 mois et d’une durée d’un an MAXIMUM… permis qui ne se renouvelle que par une première démarche aux douanes de votre domicile : et là vous rencontrez vos premiers doutes sur la simplicité d’une démarche administrative en Tunisie …

La chasse aux autorisations

1) Un officier des douanes vous fait découvrir tout d’abord la joie de la constitution d’un dossier destiné à un renouvellement « rapide » : la photocopie de papiers d’identité et leurs légalisations dans des officines municipales. Soit dit en passant, la légalisation consiste à prouver que les photocopies que vous présentez sont bien des exemplaires conformes aux papiers que vous pouvez montrer aux douaniers (passeports, carte de séjour …), mais bon l’administration préfère vous faire perdre du temps dans un bureau, où l’on épluche vos photocopies et on fait valser 6 tampons différents sur vos copies, qui d’ailleurs parfois sont illisibles suite à ce matraquage de tampons !

2) Une fois vos papiers acquis, retour aux douanes où vous devez remplir une nouvelle demande pour obtenir le « fameux » diptyque de circulation provisoire de différentes couleurs selon l’état de vos renouvellements (1, 2, 3 … bref du blanc du départ, on passe au jaune puis au rose). Une fois le diptyque en poche, l’automobiliste doit contacter une assurance en Tunisie, qui ne délivre une protection que le temps du permis provisoire…

Bon vous pouvez me dire, mais de quoi se plaint le Zgougou ? Cela semble être clair net mais… pas précis du tout, car comme le dit si bien le proverbe le diable se glisse dans les détails : qu’en est-il en cas de sortie du pays sans véhicule ? Sans diptyque en règle … très très chaud, espérer que l’agent des douanes à l’aéroport ne s’aperçoive pas que vous avez un véhicule en Tunisie (noté sur le passeport !), car sinon vous êtes bloqués et ne pouvez que voir l’avion décoller … sans vous à bord. Sans parler désormais des risques que vous prenez (et nombre le font faute de solution SIMPLE) : amendes démentes, saisies et le pire dans le cas d’un accident de la circulation (case prison car bien sûr votre véhicule n’est plus assuré) …Mais chassons ces noires pensées, mettons que vous êtes en règle, direction … le bureau des douanes proche de votre domicile et hop une nouvelle démarche : une lettre expliquant votre sortie avec un nouveau formulaire à compléter (« Demande d’autorisation de sortie sans véhicule »).

Le jubé est une tribune élevée formant une sorte de galerie séparant le chœur de la nef de certaines églises anciennes, à laquelle on accède par deux escaliers latéraux. On y chante, lit les textes liturgiques, fait certaines lectures publiques ou prédications. Il n'en reste que très peu en France.

Fragment du jubé : Leviathan (XIIIe siècle, Bourges)

Ce fameux sésame vous ouvre donc les frontières du pays, mais là on franchit une nouvelle étape du Léviathan administratif sur les épaules du pauvre administré : indiquant la raison de votre sortie du territoire avec la date retour, vous vous soumettez au bon vouloir d’une administration qui peut souverainement ou non vous accorder la sortie du territoire et le cas échéant, en cas de non-respect des clauses signées (retour hors délai, prêt du véhicule à son/ sa époux/se durant son absence), se faire saisir puis vendre son véhicule lors d’enchères publiques.

R.é.g.u.l.a.r.i.s.e.r. sa situation … simple ? ……………………. lol

Vous avez donc une année pour r.é.g.u.l.a.r.i.s.e.r. votre situation (maître mot que vous entendrez à chaque rencontre administrative) afin de demander un permis de circulation bleu annuel (et donc renouvelable… bref vous avez compris), et obtenir une plaque d’immatriculation Régime Spécial (R.S.), régime qui vous permet d’importer un véhicule et d’être exempté des nombreuses et lourdes taxes. Regardons le site charabia internet des e-douanes tunisiennes :

« Les véhicules automobiles bénéficiant du régime de faveur seront immatriculés dans la série minéralogique « RS ». Les autorisations d’immatriculation délivrées par le service doivent porter obligatoirement la mention « véhicule incessible sauf autorisation de la douane »Par ailleurs, les véhicules automobiles admis sous le régime privilégié circuleront sous couvert d’un permis spécial de circulation (permis bleu) délivré à cet effet par le service des douanes du bureau régional le plus proche du lieu de résidence du bénéficiaire et prorogé annuellement par les services du même bureau sur simple présentation de la justification du revenu annuel de source extérieure et de la carte de séjour en cours de validité ».

Et là, attention au moindre faux pas, car IL N’Y A QUE TRÈS PEU DE CHANCE POUR UNE ÉVENTUELLE RÉDEMPTION … en effet, l’importation de biens est soumise à des carcans législatifs des plus stricts : si vous avez par malheur, inconscience ou folie inconsidérée déjà importé un véhicule en régime spécial (R.S.), il y a 1, 5 ou 30 ans, et que vous êtes bi-national, par exemple couscous/ cassoulet, couscous/ choucroute ou encore couscous/ big-mac… 😉 : GAME OVER, aucun continu possible : retour à la case départ : seul l’achat surtaxé d’un véhicule dans le pays est possible. Les étrangers sont (un peu) mieux lotis, ils peuvent, quatre années après, demander une nouvelle autorisation sauf pour les sans-grade des ambassades, selon le bon vouloir des services diplomatiques, et à ce titre la France ne déroge pas à la règle. En effet, en étant conforme à l’image de son pitoyable ambassadeur en maillot de bain : long, compliqué et hautain pour ces sans-grade qui doivent mendier une aumône auprès de leur hiérarchie. Bon les 4 années d’attente sont pour la forme, car dans la Tunisie pré 14 janvier, les pass-droit étaient (et sont toujours) nombreux, surtout pour les employeurs « off-shore » qui disposaient (outre une certaine aisance financière et donc des ouvertures nombreuses) de droits à l’import (et donc de RS) sous couvert d’activité de leurs entreprises.

Le pire contre attaque

Moustache douanière

D’une manière générale, si vous avez besoin d’accélérer les démarches, ayez un bon appui (ami ou connaissanceS), non pour corrompre un prompt officier des douanes moustachu, mais pour savoir « le » bon service où s’adresser : car là aussi, il y a de quoi devenir zonzon : pour ma part, la recherche du bon formulaire à Tunis m’a pris une journée entre les deux locaux des douanes situés à l’opposé … éléments de discours entendu (et subi) :

– Douanier : « Avez-vous le formulaire d’importation vert ? »

Z. : « le formulaire ? Heu celui glissé dans le dossier d’import ? »

D. : « Je ne sais pas s’il est dedans, mais vous pouvez allez en chercher un deux étages plus haut au bureau 4.

D. (Deux étages plus hauts, un douanier lisant son journal page sportive qui après quelques minutes, daigne m’adresser la parole) : ha non ce n’est pas possible … et puis ce n’est pas ici, veuillez redescendre au 1er étage pour demander ce formulaire, mais avez-vous effectué une demande visée pour le service d’import du bureau extérieur, proche du port ?

Z. (en sueur …froide) : Hein ? Heu, j’ai ce document visé par le colonel ….. est-ce bon ?

D. : heu, sans doute mais vous devez le faire certifier par le bureau 5  au 5e étage, et n’oubliez pas les documents légalisés.

Cela ne vous rappelle rien ?

Et je vous ne dis pas, une fois le précieux sésame en poche (permis bleu), vous décidez de rentrer dans votre patrie … vous cherchez légitimement à récupérer vos papiers d’origine (qui sont archivés et conservés par le service des Mines) … rebelotte, un nouveau dossier de « ré-exportation » multicolores et des aller-retour entre douanes/ services des Mines … ainsi, si le douanier oublie d’officialiser le courrier que vous devez porter au service des Mines …. c’est à dire oublie d’apposer un simple coup tampon … votre demande est bloquée et vous oblige à retrouver le douanier en question (aller-retour, allez-retour, retour-aller, arghhghghghghghhh) pour ce simple coup de tampon qui vous a fait perdre … encore une journée.

Allez pour la route, vous avez mis la main sur le document tant attendu … mais pas de bol, le chargé des archives (qui conserve vos papiers de véhicule) n’est pas venu travailler aujourd’hui (pourquoi ? comment ? sera-t-il là demain … mystère) et donc les archives sont fermées … et puis m…., bouillonnant je me dis en mon for intérieur je vais me fumer une chicha alimentée avec tous ses foutus papiers…

p.s. : Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé ne serait bien sûr que pure coïncidencequoique …. je sais plus, dormir,  j’ai besoin de dormir ….

Publicités
Cet article, publié dans _bienvenue, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Devenir fou en Tunisie …

  1. Bouaraoui dit :

    Ceux qui firent fortune sous Ben Ali et perdraient tout sous un régime démocratique (Ministère de l’Intérieur)

    – MONGI CHOUCHANE. (Corruption + falsification des résultants des élections + abus de pouvoir)
    – SADOK OUNI. (Corruption + abus de pouvoir)
    – TAHER FALOUS. (Corruption + abus de pouvoir)
    – MOHAMED HEDI ZAGHAMA. (Corruption + abus de pouvoir)
    – HEDI MEJDOUB (RCD + Corruption+ abus de pouvoir)
    – MOHAMED CHMAK. (Corruption+ abus de pouvoir)
    – SALEH SNOUSSI. (Corruption+ abus et trafic de pouvoir concernant les dossiers de l’inspection)
    – MILOUD SERRI. (Vol + Corruption+ abus de pouvoir)
    – EZZEDINE JELIDI. (Corruption+ abus de pouvoir)
    – YOUSSEF NEJI. (Bras droit de Belhassen Trabelsi et son outil pour fragmenter Tunis Air et se l’approprier ainsi que le CEPEX et l’Office des Céréales, il réintègre le ministère de l’Intérieur pour occuper un poste clé le 23 juillet 2011)
    – MONCEF TABKA. (RCD + Corruption+ abus de pouvoir)
    – JAMEL CHEMLI. (Corruption+ abus de pouvoir)
    – AHMED GHATTAS. (RCD + Vol + Corruption+ abus de pouvoir)
    – RAFIK GHORBEL. (Corruption+ abus de pouvoir)
    – TAREK BEN CHACHA. (RCD + Corruption+ abus de pouvoir + l’homme de Abdelwaheb Abdallah, membre très actif de la Compagne électorale de Ben Ali en 2009)
    – HASSEN HEDLI (RCD + Corruption+ abus de pouvoir + falsification des résultants des élections)
    – MUSTAPHA ALOUI (RCD + Corruption+ abus de pouvoir + falsification des résultants des élections + faux dossiers sur les ONG dont la LTDH et les activistes des Droits de l’Homme)
    – JAMELEDDINE ISSAOUI (RCD + Corruption+ abus de pouvoir + falsification des résultants des élections + pots de vin en relation avec la censure des livres et publications)
    – TAHER RMIZA (flic ripoux + Corruption+ abus et trafic de pouvoir + pots de vin en relation avec la censure des pièces de théâtre).
    – TAHER REJEB (RCD + Corruption+ abus et trafic de pouvoir, il est impliqué dans toutes les affaires louches du ministère).
    -MONGI BOUALI (RCD + Corruption+ abus et trafic de pouvoir).
    -MOKHTAR HAMMAMI (RCD + Corruption+ abus et trafic de pouvoir).
    -BECHIR KRIDENE (RCD + Corruption+ abus et trafic de pouvoir).
    -AMOR MEDINI (RCD + Corruption+ abus et trafic de pouvoir).
    -WAHID CHOUCHANE (RCD + Corruption+ abus et trafic de pouvoir).

  2. kortas souayeh dit :

    Il ya plusieures retretés Francais qui veulent s’instalé en TUNISIE ; Leurs plus gand problèmes c’est limmatriculation de leur voiture

  3. J’ai vécu cela…et je reconnais tout à fait la situation. je suis française et mon mari tunisien, je suis venue le 21 février avec mon véhicule et je repars le 10 juillet avec celui-ci, mon dyptique est valable jusqu’au 21 mai. je suis allée à la douane début mai où pour demander la prolongation (on m’a répondu que c’était trop tôt qu’il fallait que je revienne 3 jours avant la fin du dyptique et que j’avais juste besoin de mon passeport et ma carte grise). J’y suis allée ce matin et après 1h d’attente (2 personnes qui travaillent et 6 qui ne glandent rien…) on m’annonce qu’il faut que j’achète une vignette de circulation (270 dinars pour ma C3 6CV diesel). J’en ai discuté avec des amis qui m’ont informé qu’après avoir payé la vignette je devrai payer la location des plaques d’immatriculation à la douane (apparemment 250 dinars chaque 3 mois). Je me retrouve prise sous la gorge et obligée de payée car je n’ai plus le délai nécessaire pour réfléchir à une autre solution que celle de payer. je suis dégoutée de ce pays et ne souhaite plus jamais y remettre les pieds alors qu’à la base mon mari et moi étions plein d’espoir pour y habiter et voir le pays avancer mais rien n’a changé

  4. Excellent article pour illustrer un des aspects flagrants de la bureaucratie, la corruption, et plus généralement, le plaisir de pourrir inutilement la vie du citoyen ordinaire.
    J’ ai l’ intime conviction que ce système arrange parfaitement le puissant lobby des importateurs d’ automobiles.
    Car en aucun cas, ce ridicule circuit (dont je confirme toutes les étapes) ne peut être profitable à l’ Etat et la collectivité publique.
    Un système de taxe unique pour toute importation de véhicule, dès lors qu’ on y a droit, permettrait d’ engranger des ressources considérables et d’ affecter les fonctionnaires des douanes à des tâches plus importantes.

  5. Ping : Permesso circolazione auto straniere in Tunisia – Il blog di Vadointunisia: alla scoperta della Tunisia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s